démarche nutrition reconnue par les ministères de l'agriculture, de l’environnement et de la santé


Idée Reçue : « La parole présidentielle ne fixe pas la santé comme un objectif prioritaire des Etats Généraux de l’Alimentation »

Les Etats-Généraux ont bien considéré la santé comme une priorité des EGA. En effet, l’atelier 9 « faciliter l’adoption par tous d’une alimentation favorable à la santé » a bien produit une synthèse et des propositions consensuelles : https://drive.google.com/open?id=1kEtXU1Lbon5m4n1jqzm1yYdN_feC0hx3

Malheureusement, les conclusions des travaux de l’atelier 9 n’ont pas été intégré dans la loi présentée en conseil des Ministres le 31 janvier dernier comme le constate Mme VOYNET : https://drive.google.com/open?id=1kEtXU1Lbon5m4n1jqzm1yYdN_feC0hx3

C’est pour cela qu’un amendement était nécessaire pour réintégrer cette notion de santé publique dans le texte de loi.

« Dans son discours du 11 octobre dernier à Rungis, en clôture de la première phase de ces états généraux, le Président de la République a rappelé les deux objectifs majeurs attendus de cette vaste consultation : d’une part, « permettre aux agriculteurs de vivre du juste prix payé, permettre à tous dans la chaîne de valeur de vivre dignement », et d’autre part « permettre à chacune et à chacun d’avoir accès à une alimentation saine, durable et sûre ».

La nécessaire transformation des systèmes agricoles vers plus de qualité, de respect du bien-être animal, de l’environnement et une alimentation plus saine ne pourra s’opérer sans que cesse une guerre des prix génératrice de destruction de valeur et d’appauvrissement des producteurs.

Un autre enjeu est d’accompagner la transformation des modèles agricoles vers une multi-performance sociale, sanitaire, environnementale et économique afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs et de promouvoir une alimentation plus saine, plus sûre et plus durable, accessible à tous.

Enfin, la restauration collective publique devra prendre sa part à la promotion d’une alimentation plus durable. »

BBC permet une meilleure rémunération des agriculteurs et une alimentation plus saine.


retour à la foire aux questions