démarche nutrition reconnue par les ministères de l'agriculture, de l’environnement et de la santé

25
SEP
Interview de Madame Glémée-Delage, conserverie Mme Flo dans les Côtes d'Armor (22)


Florence Glémée-Delage, après une carrière en tant que gestionnaire administratif et commercial dans différentes entreprises, s’est lancée dans une folle aventure. Passionnée de cuisine depuis l’âge de 12 ans, elle plaque tout pour reprendre le restaurant de son mari avec un projet de conserverie attenante… Elle nous raconte sa nouvelle vie dans cet interview…

Présentez-vous ainsi que votre activité ?

« J’ai 46 ans, je suis gérante d’un restaurant qui se nomme Grain 2 café, ainsi que d’une conserverie, la conserverie de Mam Flo. Nous sommes basés à Plouasné dans les Côtes d’Armor. La maison existe depuis 1929, il y a tout un historique derrière et on s’y attache. On en est fier. Nous sommes maintenant la troisième génération, et nous aimons bien l’afficher au-dessus du bar pour montrer aux clients l’évolution de notre petit commerce.

Restaurant de Florence Glémée-Delage

Cela apparait comme une folie pour certains mais figurez-vous que je suis seule sur ces deux structures, le rythme est intense, mais vous savez on s’en sort toujours comme on peut, même très bien. »

Quels ont été vos projets, vos grandes avancées dans le temps qui ont marqué cette aventure ?

« Nous avons commencé par ouvrir le restaurant en 2014, puis en 2015 nous avons débuté notre projet de conserverie. Tout a été mis en œuvre avec soin, nous avons bien entendu passé la certification de qualité, obligatoire, l’HACCP. Un gage de réassurance pour nos clients, et une manière pour nous de bien nous structurer.

Nous avons obtenu d’autres normes qui nous permettent de vendre désormais au niveau national et même à l’international. Une petite fierté.

Nous avons créé des gammes de produits au fur et à mesure. Les grandes nouveautés sont les terrines de pâtés et la gamme de plats cuisinés. En cours de conception nous avons toute une gamme de tartinables végétales. Une manière pour nous de suivre aussi la mode.

Comment innovez-vous ?

Nous testons tout auprès de nos clients au sein du restaurant, cela nous fait une petite activité de recherche et développement à notre sauce et sans chichis. Les clients testent et nous disent dans la foulée si cela leur plaît ou non et on développe ensuite nos conserves. »

Produits Bleu-Blanc-Coeur et Conserverie Mme Flo

Comment avez-vous connu Bleu-Blanc-Cœur et comment se traduit cette démarche dans votre quotidien ?

J’ai découvert Bleu-Blanc-Cœur un peu par hasard. L’idée et le concept m’ont plu. J’ai décidé de creuser l’affaire, d’aller un peu plus loin, et de fil en aiguille nous avons rencontré des éleveurs Bleu-Blanc-Cœur, pour mieux comprendre comment ils travaillaient.

Quand j’ai commencé à travailler les viandes Bleu-Blanc-Cœur, j’ai trouvé qu’elles étaient différentes, et vraiment très gouteuses. Aujourd’hui j’utilise du porc, du bœuf et du lapin Bleu-Blanc-Cœur et je suis en train de regarder en ce moment pour de l’agneau et de la volaille.

On retrouve nos produits essentiellement en épicerie fine et on a aussi une autre gamme dans les grandes surfaces.

Vous avez un gros projet en cours, voulez-vous nous en dire plus ?

Oui, en effet, nous venons tout juste de lancer une campagne de crowdfunding sur tudigo (https://www.tudigo.co/don/les-plaisirs-de-mam-flo). Un nouveau moyen fort utile pour collecter des fonds, en s’adressant au plus grand nombre pour pouvoir nous aider à réaliser nos projets. Il y a différents paliers en fonction des sommes récoltées qui nous permettront d’investir.

Les objectifs sont multiples :

  • nous aider à nous développer dans une nouvelle démarche qualité ;

  • nous permettre d’embaucher un apprenti ;

  • nous permettre d’investir dans du nouveau matériel ;

  • pouvoir concevoir un nouveau site internet et investir grandement dans le marketing.

Les contreparties proposées aux personnes nous aidant à financer notre projet, sont tout d’abord des produits (terrines, plats cuisinés)  proposés en lot, en panier, mais nous proposons aussi des journées de privatisation de nos salles de restaurants (15 personnes, 25 personnes ou bien du sur-mesure).

 

Quelle est la motivation qui vous pousse à aller de l’avant et à vous remettre en question ?

Quand les assiettes reviennent vides, je me dis, c’est gagné. Vous savez nous avons une cuisine familiale, sans aucune prétention si ce n’est faire plaisir aux gens. Résultat, il faut être passionné par son métier, et je le suis.

Ce qui me plait le plus c’est le travail de recherche de nouvelles recettes, surtout le travail des épices (africaines, indiennes…). Je voyage ! Et je me dis que je fais voyager les gens par la même occasion.

Je me suis engagée dans la qualité, pas seulement avec Bleu-Blanc-Cœur. Je n’utilise plus aucun conservateur, ni additif. Tout est NA-TU-REL. J’ai aussi plaisir à sourcer des produits locaux et faire vivre des producteurs autour de chez moi…

Partager